Image / numérique / automatique / organique/

À la lecture de Paysage sous surveillance de Heiner Müller, j’ai eu une sensation de désorientation et en même temps de familiarité. Je crois qu’il y a une sorte de déplacement, ou enchaînement du sens rendu possible par les métaphores en libre association. Chaque mot encercle un domaine sémantique d’expériences, de contradictions, d’images, d’émotions, de sons, d’odeurs, bref, de morceaux de perception. Müller ouvre les veines du langage, pour ainsi dire, et permet les associations de se produire librement mais avec des accidents et des allers-retours.

O

Ami.e.s de ianus : voici une invitation joyeuse à rejoindre ces êtres, pour le plaisir du partage… Amigos, amigas de ianus : he aquí una invitación juguetona a acompañar a estos seres, por el placer de compartir… * « Une exploration poétique Des corps multiplesDes voix accentuées Des musiciens aux écoutes Des danses sans âge »Pierre Bastien, danseur « UnaLire la suite « O »

Écriture – Escritura

Diario de (una) pandemia Valeria, psique o como en un cuadro de Chagal Fragilidad « Tuer Platon » « Si Shakespeare avait été une femme… » Agosto sin fondo Marina Poemas diversos Wenn eine Nacht das Feuer entfacht, folgen viele dem Nonkonformismus / Si una noche de avivado fuego, muchas tantas de inconformismohttps://www.theaterderzeit.de/person/16461/ Misterio

El repartidor de periódicos

A tu pequeño ritual. Poema dedicado al trabajo que haces.
Es una danza, cada acción ritmada, el ritmo que se revela entre tus manos y los objetos, entre tu cuerpo y el espacio que lo rodea, que le da soporte. Tus pies gentiles te portan. ¡Vamos a celebrar tu danza y la mía, el movimiento del mundo, por el placer sin palabras que nos une!

Le crieur de journaux

Ton petit rituel: poème dédié au travail que tu fais. C’est une danse, chaque action est rythmée, d’un rythme qui se révèle entre tes mains et les objets, entre ton corps et l’espace qui l’entoure, qui le supporte. Tes pieds gentils qui te portent. Célébrons alors ta danse et la mienne, le mouvement du monde, pour le plaisir sans paroles qui nous rejoint.